Quel Leadership pour la Nouvelle Tunisie – Pour qui voter et pourquoi ?
11 November 2014
Les candidats à la présidentielle classés par style de leadership : Le paternaliste
13 November 2014

Les candidats à la présidentielle analysés par classe de leadership

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats à la présidentielle analysés par classe de leadership

Historiquement, l’expérience d’un leader politique a toujours été le facteur déterminant pour mesurer l’éventualité de son succès. Mais les nouvelles études ont démontré que le CV et les compétences managériales, ne sont pas garants, à eux seuls, du succès dans la vie politique, c’est plutôt ce qui anime la personne de l’intérieur, ses motivations, ses valeurs et ses compétences relationnelles et comportementales qui vont déterminer sa prédisposition à la réussite. En d’autres termes, c’est du style de leadership du politicien que dépendra son succès, en particulier dans une période de transition difficile. Par style de leadership, nous entendons la manière dont le politique traite avec son environnement, à savoir les électeurs, ses conseillers, les députés, ou encore les dirigeants des partis politiques: Il s’agit d’identifier les normes, les relations, les règles et les principes qui guideront l’homme politique pour structurer ce genre d’interactions (comportements et traits de caractère). Un style de leadership particulier peut ainsi affecter le processus de prise de décision du « président », et donc sa manière de traiter et surmonter les défis auxquels il sera exposé. C’est en évaluant l’impact énorme qu’aura le leadership du futur président sur l’avenir de la Tunisie, que 4DLH a pris l’initiative d’identifier et analyser les différents styles de leadership des candidats qui se proposent à la présidentielle. Il s’agit d’une première dans le monde arabe, qui mettra à la disposition de l’électeur Tunisien un angle de vue différent et original sur la personne qu’il ne connait que très peu, tout en étant un moyen de rétrospection et d’amélioration pour le candidat/futur président

STRATÉGIE:

Notre recherche a conjugué notre connaissance de la modélisation mathématique, de l’analyse et de la psychométrie avec notre riche expérience dans le développement du leadership. C’est ainsi que nous avons mis en place un processus unique qui a compilé:

  1. Une analyse quantitative: deux méthodes ont été employées:

a)      Le Décompte des Mots de Choix (DMC/WCC), exp:  » Pouvoir, autonome, moi, je, ma, mon, gagnant, expert, opportunité, personnellement, immédiatement, influence, respect, autorité, contrôle, dominant, défi, absolument, nous, gagnons, la Tunisie, ensemble, peuple, dialogue, résolution, consensus, négociation, joie, influence, conscient, humilité, démocratie, lois, majorité, modeste, J’ai, opportunité, chance, ambition, ambitieux, gagner, ressources, avantage, perdant, courage, charisme, résultat, mérite, récompense, mérite, détails,…….. »

a)      L’algorithme d’Association des Termes (AT/WA): La nature idiosyncrasique ou inhabituelle des associations de mots utilisées dans les réponses, ne peut être évaluée qu’en la comparant aux combinaisons employées par les autres  candidats ayant répondu à la même question. Il s’agit de définir les mots  qui déclenchent une réponse bien spécifique, c’est ce qu’on appelle: le mécanisme de réponse de repère.

2. Une analyse qualitative (4P): Il s’agit d’évaluer certains comportements et qualités. C’est un processus connu sous le nom la théorie des qualités personnelles (TRAIT), ou encore la théorie Dispositionnelle qui analyse les caractères relevant de la personnalité, du tempérament, de la conscience et des dispositions introverties / extraverties, en utilisant l’analyse de activité vectorielle (Activity Vector Analysis) des adjectifs et des mots utilisés pour se décrire soi-même ainsi que ses interactions avec les autres, tout en traitant avec des contraintes et de divers facteurs situationnels. Cette analyse nous a permis d’identifier le style qu’utilise le candidat pour traiter avec ces 4 catégories (ou 4P): les Problèmes, les Personnes, le Pas (rythme) et les Procédures.

Approche:

  1. Interviews directs des candidats, durant lesquelles nous nous sommes intéressés à:                                                                                                                                                                                          a) La mise en place des équipes
    b) L’interaction du candidat avec ceux qui l’entourent et sa manière de donner ses directives et de prendre ses décisions
    c) Son style de communication et sa clarté dans la transmission de message
    d) Sa capacité d’écoute
  2. Analyse de l’archive audiovisuel disponible, des apparitions du candidat dans les médias
  3. Le Décompte des Mots de Choix (DMC/WCC) et l’algorithme d’Association des Termes (AT/WA): nous avons développé une base de données des mots les plus souvent utilisés et identifiés les liens entre les mots et la spécificité de leur contexte.
  4. Classement des chaînes de mots isolées dans la matrice de style
  5. Mise à disposition des données pour Web Radar en plus de la collecte de la terminologie spécifique et de l’algorithme SEO

Notre recherche a nécessité près de 149 heures de travail:

  • 18 heures d’interviews directs (dans certains cas nous avons accordé au candidat une seconde visite), ainsi que de conversations avec les membres de sa campagne,
  • 36 heures d’analyse audio (DMC/AT)
  • 31 heures d’identification de style (Etude qualitative: 4P)
  • 54 heures d’analyse des enregistrements vidéo disponibles à l’aide de Tuniscope, Youtube, Google et les pages FB officielles des candidats,
  • 10 heures de compilation de base de données de terminologie (environ 40 mots par candidat) à comparer avec l’analyse qualitative

Résultats:

Un certain nombre de candidats ont été écartés lors des résultats finaux, car en dépit des réunions face à face que nous avons eu avec eux, nous n’avions pas suffisamment de matière pour mener une recherche et fournir une opinion intelligente. Sur la base des méthodologies susmentionnées, nous avons entamé le processus de classification des candidats selon les styles de Leadership. La compilation des données, nous a permis d’identifier quatre faisceaux / groupes de styles, sur les 18 possibles que nous avons préparé, et auxquels appartiennent les candidats à des divers degrés:

I. INDIVIDUALISTE – ENTREPRENEUR:

  • Motivé par ses réalisations personnelles, ce qui peut l’empêcher de reconnaître ou même de tenter d’accomplir celles du groupe.
  • Il a une confiance absolue en lui-même et peut facilement hésiter à travailler avec les autres lorsqu’il est sous pression.
  • Généralement, il n’est pas très bons communicateur, et s’attend toujours à ce que les autres applaudissent ses réalisations.
  • Préfère les méthodes non-conventionnelles, parfois en ignorant les règles
  • Ses étant très clairs, il est porté sur la concrétisation et l’obtention de résultats.
  • Met l’accent sur la compétence et L’efficacité, mais n’attache pas beaucoup d’importance aux relations humaines.
Le style individualiste-entrepreneur peut être le mieux adapté en période de lancement de projets spéciaux ou d’introduction de nouvelles réglementations; le président est alors appelé à un dévouement sans faille à l’idée et aux actions qui s’en suivent. Le leadership de Margaret Thatcher, lors de la crise économique de son pays, est l’exemple type de ce style.

II. INSTIGATEUR – AUTORITAIRE – POPULISTE

  • Tend à manipuler constamment les émotions et les situations des autres
  • Eprouve une nécessité de contrôler son environnement et les résultats escomptés.
  • Communique rarement à ceux qui l’entourent sa vision, et ce qu’il veut accomplir
  • Peut être agressif lorsqu’il ressent une perte de contrôle
  • Utilise généralement la dualité « récompense-punition » comme moyen premier de motivation
  • Tend intentionnellement à profiter des moins instruits, notamment par des promesses irréalistes
  • Peut-être extrême dans ses points de vue et/ou son idéologie
  • Sa communication est généralement unidirectionnelle, sous forme de directives
  • Utilise les faits pour faire adhérer les autres à ses opinions/décisions.
  • Sa préoccupation première sont les résultats, peu importe les facteurs situationnels
  • Peut être efficace dans la prise d’initiatives ou en situation de crise.
Bien que ces styles soient taxés d’être de la vieille école, ils continuent à avoir leur place dans la boîte à outils d’un leader, ils permettent une plus grande flexibilité en temps de crise, de discipline et de restructuration organisationnelle.

III. CONCILIATEUR

  • C’est un leader qui tend à construire des ponts de débats entre l’ensemble des composantes de la société.
  • C’est quelqu’un qui cherche à collaborer avec tout le monde pour le bien de la nation.
  • C’est quelqu’un qui va au-delà des différences individuelles, se concentre sur ce qui unit un peuple et non sur ce qui le divise.
  • Il a tendance à perdre de vue l’objectif fixé
  • Il semble ne pas être conscient des contraintes qui accompagnent la réalisation des projets
  • Il a tendance à privilégier les relations de confiance au détriment de la compétence.
Ce style de leadership est le mieux adapté en période de tension, discorde ou polarisation. Cependant, il serait dangereux de l’utiliser en exclusivité, car le président est appelé à faire preuve de fermeté, par la prise de décision ciblée, en temps opportun.

IV. PATERNALISTE

  • Assume la figure paternelle d’un protecteur et d’un conseiller
  • Pas toujours flexible et peut être borné, la plupart du temps est certain de ce qu’il veut
  • Peut-être un mauvais communicateur (une écoute qui laisse à désirer)
  • Peut paraître méprisant et condescendant
  • A tendance à préférer ceux qui sont d’accord avec lui
  • Prend le temps d’accompagner et entraîner ceux qui travaillent avec lui
  • Il est souvent un « modèle » pour les autres
  • Il est généralement fiable et inspire confiance.
    Ce style est lorsqu’on a affaire à des équipes inexpérimentées. Il peut être efficace lorsqu’on a besoin de restaurer une priorité incontournable: La Confiance. Le challenge que ce type de Leader doit surmonter c’est sa tendance à s’isoler avec « ses favoris » au dépens de l’efficacité et de l’efficience de l’équipe.

    entrepreneur

    populiste

    conciliateur

    paternaliste

    Basées sur des échelles d 0 à 10, zéro le moins fort et 10 le plus fort


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

English


Chaîne YouTube 4dlh

Chaîne YouTube 4dlh