COVID-19 – CAS D’ETUDE : COMMUNICATION ET LEADERSHIP EN TEMPS DE CRISES – 3 PAYS, 3 RESULTATS

Nous apprenons souvent le plus sur le leadership en observant nos dirigeants en temps de crise. Alors que les dirigeants mondiaux tentent de contenir la propagation rapide du COVID-19, ils doivent simultanément effectuer deux tâches opposées et difficiles: préparer leur pays à des risques importants et éviter d’inciter à la panique.
Ce que nous voyons en conséquence, ce sont de multiples cas de test dans le leadership de crise, car plusieurs pays différents sont confrontés à des versions similaires du même problème et réagissent avec des approches et des résultats sensiblement différents.
En se concentrant sur la réponse COVID-19 sur trois continents – en examinant spécifiquement la Chine, l’Italie et les États-Unis – il y a des enseignements clairs sur différents aspects de la gestion de l’épidémie. Ces leçons ne sont pas seulement utiles à d’autres pays dans la mesure où elles gèrent leurs réponses COVID-19, mais elles fournissent également de précieux exemples pour les leaders dans tous les domaines.
La Chine montre les limites du « COMMAND & CONTROL » et les avantages d’une action décisive
Même avant l’épidémie du COVID-19, le gouvernement chinois était largement réputé avoir une capacité de contrôle importante, utilisant une vaste autorité étatique et un important programme de surveillance. Point de départ du COVID-19, les efforts du gouvernement chinois pour contrôler le virus ont été surveillés par le monde entier.
La Chine a réagi avec ce que l’Organisation mondiale de la santé a appelé «peut-être l’effort de confinement des maladies le plus ambitieux, le plus agile et le plus agressif de l’histoire», notamment la fermeture des secteurs manufacturiers, le partage d’informations à grande échelle, la réalisation de tests de masse et la mise en quarantaine de millions de personnes. Le gouvernement chinois a pris la décision d’absorber un coût économique important pour contenir le COVID-19 plutôt que de potentiellement perdre le contrôle et le résultat a été efficace – le nombre de nouveaux cas a régulièrement diminué ces dernières semaines.
Il s’agit d’un exemple de l’avantage de la direction du commandement et du contrôle et d’une action décisive pour consolider immédiatement les efforts en une réponse agressive.
Cependant, il convient de considérer l’érosion de la confiance que ce type de système crée. Le journal L’Atlantique a documenté la manière dont les autorités chinoises locales ont sous-déclaré la propagation du COVID-19 au gouvernement fédéral, car la province de Wuhan n’a signalé la flambée que des semaines après son début et a minimisé la probabilité de transmission humaine jusqu’à ce que les dénonciateurs se soient avancés et ont été puni par la suite. Ce retard a coûté un temps précieux à la Chine pour contenir l’épidémie initiale.
Lorsque les gens ont peur de s’avancer pour dire la vérité et sont découragés de s’exprimer, les informations critiques n’atteignent souvent pas le leadership tant que le problème ne s’est pas intensifié. Bien qu’il ne puisse pas être connu avec certitude, l’épidémie de COVID-19 peut avoir été contenue plus tôt dans différentes conditions de leadership.

L’Italie montre le danger d’une réponse lente et d’un manque de coordination

L’épicentre de COVID-19 en Europe a été l’Italie, qui a connu une augmentation rapide des cas au cours des deux dernières semaines – le nombre de cas a même bondi de 50% en une seule journée le 1er mars.
En partie parce que l’épidémie en Italie s’est intensifiée si rapidement, la réponse du gouvernement italien n’a pas été cohérente. CNN a rapporté que le Premier ministre italien Giuseppe Conte a reconnu «pas tout à fait correct», la gestion d’un hôpital en Italie du Nord a contribué à l’épidémie, mais même alors que le virus se propageait, le gouvernement italien et les responsables du tourisme ont tenté de faire comprendre que tout était sous contrôle et la situation était comme d’habitude.
À peine deux jours plus tard, l’Italie a considérablement intensifié ses interventions, fermant des écoles, des événements sportifs et des sites touristiques, à l’instar de la Chine. Aujourd’hui, le pays est sous lock-down. Ces messages rapidement différents provenant du gouvernement italien ont créé de la confusion et de la méfiance à la fois pour les citoyens et les touristes.
La leçon est claire: en cas de crise, les dirigeants peuvent créer la panique et la méfiance lorsqu’ils modifient rapidement leur message. C’est la communication mon cher Giuseppe .Il semble que les responsables du pays aient sous-estimé la propagation potentielle du virus et que divers groupes et parties prenantes n’agissaient pas en coordination. Lorsque des problèmes importants frappent, les dirigeants doivent veiller à ne pas dire quelque chose qu’ils finiront par contredire plus tard.

Les États-Unis tentent de contrôler le récit

L’exposition des États-Unis au COVID-19 est relativement limitée, mais la menace a augmenté ces derniers jours et le pays est en état d’alerte et se prépare au pire. Le Center for Disease Control (CDC) a averti les Américains de se préparer à une éventuelle épidémie depuis le 25 février, et le vice-président Mike Pence a été chargé de diriger la situation de crise.
Même les alliés du président Donald Trump admettront probablement que ce défi est en décalage avec ses tendances de leadership. Le président Trump aime contrôler le récit entourant son administration et essaie d’éviter une couverture défavorable. Cela l’amène à minimiser les problèmes pour gagner la bataille des relations publiques, comme il l’a fait fin février en réponse à une soudaine baisse des marchés boursiers.
Dans le monde des affaires, tenter de contrôler le récit est un moyen courant de répondre à l’adversité du public, et cela peut fonctionner lorsqu’il n’y a pas de grande divergence avec les faits sous-jacents. Tout comme un leader de startup en difficulté pourrait le faire, le gouvernement américain a tenté d’atténuer les inquiétudes et d’assurer les Américains que COVID-19 ont déjà été contenus.
Cependant, le virus ne répond pas à la perception du public ou une communication du vice-président. Bien que l’avenir de COVID-19 en Amérique ne soit pas clair, il est possible que la réponse du président ne soit pas réaliste avec le recul si le virus suit le même schéma d’escalade qu’en Chine et en Italie.
La gestion de crise est peut-être le test le plus difficile pour les leaders. Cela est particulièrement vrai pour un cas comme COVID-19, qui n’a pas de précédent ou de solution historique comparable et où la menace évolue constamment.
Les dirigeants de tous les domaines peuvent tirer des enseignements: les problèmes sont mieux anticipés dans des environnements de confiance et de transparence, les défis sont mieux confrontés à une action cohérente, décisive et cohérente. Ils doivent également se rendre compte que gagner la communication a travers des promesses pas aussi rassurantes, à court terme, n’est pas une solution à long terme. Seul le temps nous dira exactement à quel point les leaders mondiaux ont été efficaces et quelles stratégies ont produit les meilleurs résultats.

By Acceleration Partners – Traduit de l’Anglais